Mon Maître d’école de Emilie Therond 10 raisons de voir ce documentaire
Auteur: Bilkis Blanc
Date: 22/02/16
Mon Maître d’école de Emilie Therond
10 raisons de voir ce documentaire

Qu’est ce que l’enfance ? Et qu’est ce qu’il nous en reste ?

Ce sont quelques unes des questions auxquelles tente de répondre Emilie Thérond dans ce documentaire. Elle est retournée sur les traces de sa propre enfance, à Saint Just et Vacquières, filmer son ancien instituteur, Jean Michel Burel  pour sa dernière année d’enseignement avant la retraite.

Dans cette période où sont mises en avant l’importance et la place de l’école républicaine, ce qui frappe en premier dans ce film est peut être la bienveillance d’un homme qui, ayant commencé à 21 ans, a déjà vu plusieurs générations grandir avec lui.

 

M.Burel est un enseignant comme nous aurions tous voulu en avoir un, un homme qui ne vous enseigne pas que la grammaire et l’algèbre mais aussi quelques éléments de vie : pourquoi tombe t’on ? Et surtout pourquoi faut il toujours se relever ? Quelle est la place de l’histoire pour les générations futures, et comment la transmettre ?

 

« Qu’est ce que vous diriez aux parents pour mieux comprendre leurs enfants ?

 

Hé bien, de les écouter et de comprendre leurs peurs, les enfants ont beaucoup de peurs vous savez,  ils doivent apprendre  comment comprendre et vivre dans le monde des adultes. »

 

 

Voici 10 raisons de passer 1H 30 dans ce petit village du Gard qui, parti pour être une bluette, nous emmène dans la réalité et la simplicité d’une vie scolaire où l’on trouve l’essentiel :

 

1/ Parce qu’aujourd’hui l’école républicaine est toujours l’école de la vie et le premier lieu de la socialisation. Donc un enjeu majeur pour comprendre l’autre et son altérité.

 

2/ Parce que la bienveillance de cet enseignant rempli d’optimisme nous donne une bouffée d’air dans un avenir incertain, autant que la nature qui forme le décor du documentaire.

 

3/ Parce qu’en se penchant sur l’enfance on se penche sur nous-même et ce que l’on a à se dire sur notre vie et sur nos rêves.

 

4 / Parce que la philosophie n’est pas que dans les livres et qu’elle se construit chaque jour dans nos jeux et nos égarements.

 

5 / Parce qu’il n’y a pas de petits chagrins, ni un seul chemin et que rien n’est jamais perdu.

 

6 / Parce qu’il y a autant de petite filles que de petits garçons dans cette école, et que même si on a tendance à l’oublier, la géopolitique nous rappelle que ce n’est toujours pas la norme internationale.

 

7/ Parce que les mots égalité, liberté, fraternité ont toute leur place dans cette école et qu’après les avoir entendus si souvent en cette période, ils résonnent avec une intensité particulière

 

8 / Parce que la transmission est l’une des clefs de la vie et qu’il est utile de se le rappeler quelquefois.

 

9 / Parce qu’il y a des moments de vie qui en disent plus long que les mots et qui nous marquent même adulte et forgé.

 

10 / Parce qu’on découvre que l’école si décriée reste un sujet passionnant, et M.Burel et ses élèves nous offrent 1h30 de plongée dans la tendresse et la violence de l’enfance,  que la réalisatrice résume ici : "Nous avons tous en tant qu'adultes le souvenir d'un de ces profs qui, à un moment, nous a aidés à progresser, à changer notre regard sur le monde et à devenir ce que nous sommes. Les instits l'oublient mais ils sont souvent de véritables héros pour nos enfants… parce qu'ils "savent" et qu'ils transmettent ce savoir."

 

Documentaire « Mon maître d’école » de Emilie Théron en salle depuis le 13 janvier.