Pour le meilleur et pour le pire, retour sur la London Fashion Week
Auteur: Barbara
Date: 29/09/12
Pour le meilleur et pour le pire,
retour sur la London Fashion Week

  La Fashion Week de Londres rime avec audace ; audace aboutissant parfois à une vision pointue de la mode ou à de grandes interrogations. Entre succès de l’originalité et excentricité déconcertante, il n’y a qu’un pas. Pour voir et être vu au printemps prochain, il faudra être Londonien !

 

Alors que l’on parlait d’excentricité, quel meilleur exemple que celui de Meadham Kirchhoff. Le duo de créateurs joue, cette saison encore, la carte de l’abondance, des mélanges, de la rencontre de tout et rien. Ou plutôt de tout et tout. Souvenez-vous bien, "less is bore"(ndlr : parodie de la devise "less is more" des amateurs de minimalisme)… Que l’on approuve ou pas, il s’agit de considérer les collections de MK davantage comme des démonstrations gargantuesques de toutes les fioritures dont une fille peut rêver ; tapisserie baroque, cristaux, gros nœuds, froufrous, couleurs cupcake…etc. Chez MK, le bouquet final est continu.


House of Holland dévoile une collection tonique, à renfort de pièces métallisées, pailletées, et de tie & dye citronné. Et oui, l’imprimé phare de 2012 n’a pas dit son dernier mot et se déclinera à nouveau en 2013. Un ensemble coloré et pétillant, pour autant savamment dosé.
 

 


On aime le plastique de chez Holly Fulton ! Si l’imprimé floral reste timide sur les premiers modèles, il se décompose rapidement, grossit et s’incruste sur vestes, robes, jupes de plastique. Un air retro se dégage de cette collection, et les déclinaisons de bleu nous emmènent déjà au bord de la piscine de l’hotel…
 

 
 

On ne vous la présente plus, Mary Katrantzou déroule ses modèles riches de symétrie, de kaléidoscope, au travers de coupes strictes. Et si on ne vous la présente plus, c’est que sa recette a fait parler d’elle, au point peut-être de commencer à devenir répétitif au fil des saisons… Une des rares petites fantaisies ? Ces deux petites mouettes qui se font face sur un imprimé !
 

 
 

Lui, en revanche, on vous le présente. Jonathan Saunders fait partie de ces jeunes créateurs issus de la Central Saint Martins, dont la spécialité a d’abord résidé dans l’imprimé et la recherche textile. Un travail que l’on retrouve pour sa collection SS 2013 à travers les déclinaisons de pièces iridescentes. Metal argenté, pailleté, holographique, le tout dans une atmosphère de sporty secret agent.
 

Last but not least, Christopher Kane sublime la femme en l’enrobant de couleurs et de textures sucrées, girly à souhait. Aussi, les plastrons siliconés, les textiles extensibles rivalisent de gourmandise face aux jupes à petits nœuds en jelly. Rose bubble gum, noir motard, les silhouettes se veulent gourmandes et élégantes. Les cristaux Swarovski se sont incrustés sur la mousseline et la dentelle, dentelle scotchée nonchalamment par de précieux gestes de princesse.